Vous pouvez laisser une appréciation, un commentaire, au bas des pages que vous pouvez joindre par le bandeau ci-dessus ...

L'élimination des déchets verts.

En toute saison, nous devons entretenir nos jardins, qu'ils soient potager ou d'agrément, tailles de haies, arbustes à rabattre, bucheronnage … tout cela va faire grossir le stock de déchets verts à éliminer.

Nous voici devant un dilemme récurrent :

Brûler ou composter les déchets verts ?

 

Je vous conseille de BRÛLER vos déchets verts.

 Oui, je le répète : brûler vos déchets verts plutôt que de les composter. Je sais que cela va à l'encontre d'un avis administratif dogmatique, mais j'assume.

J'étaie cette affirmation par les documents ci-joints :

- Certaines communes du continent ont émis un arrêté permettant le brûlage des déchets verts de manière très encadrée. Je joins une copie de cet arrêté, "Arrêté réglementant le brûlage à l'air libre des déchets verts", je vous conseille de lire les articles 2 et 3 qui décrivent bien l'encadrement du brûlage. Ce qui est bon pour la Nature et les particuliers dans d'autres communes, peut être profitable pour nous aussi, non ?

- J'insère également un document, "C (carbone) pour les nuls", par lequel je soutiens, équations chimiques et calculs à l'appui, que le gaz carbonique (CO2, ou dioxyde de carbone) issu du brûlage de déchets verts ne contribue quasiment en rien aux GES. En effet, sur l'année, grâce à la repousse, l'impact de ce CO2 est égal à zéro, annulé par l'effet de photosynthèse. J'explique également que le compostage, quand il est mal réalisé (compactage), produit du méthane (CH4), qui lui, accroit de manière significative la production de GES (25 fois plus impactant que le CO2).

 Non, le brûlage de déchets verts n'intervient pas de manière significative sur la production de GES, son effet est annulé par la photosynthèse.

Oui, le compostage de déchets verts, par sa production de méthane, agit fortement et négativement sur la production de GES.

 nialpi.

 (ps) : Les énergies fossiles : essence, charbon, diesel, sont, elles, très productrices de GES car le gaz produit déséquilibre le bilan CO2 de la planète. Le scandale des moteurs thermiques truqués afin de minorer l'impact de leur pollution rend obsolètes toutes les études diffusées et démontre qu'on peut nous faire croire à tout et n'importe quoi. À nous de réfléchir !